A quoi sert le Burn-Out?

Cabinet de Psychothérapie. 7 rue Pierre Haret, Paris 9. Psychothérapie du Burn-Out, Comment sortir d'une impasse existentielle majeure...
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.

Quelque soit sa forme, associé ou non avec une dépression, Le burn-out est toujours le signe d’une rupture majeure dans la continuité de votre existence. Le burn-out veut dire littéralement, lorsqu’il vous arrive, que vous avez « brulé » toutes vos réserves d’énergie vitale. Personnellement je pense qu’il s’agit en fait d’un véritable système de sécurité de l’organisme, sorte d’avant-dernière tentative, avant  la mort définitive, pour vous ramener à la raison. Que la mort en question soit existentielle (une vie de Zombie qui n’a plus le temps ni l’énergie pour l’essentiel, même si par ailleurs vous accumulez les succès professionnels…) ou réelle (mort du véhicule corporel), « ramener à la raison » veut dire pour moi, vous obliger à prendre conscience du caractère catastrophique de votre situation existentielle (même en cas de confort financier) et vous obliger à vous recentrer autour de besoins plus essentiels à l’Etre que vous êtes.

Ainsi, le « burn-out », c’est tout votre corps qui vous informe d’un seul bloc, en vous coupant le « jus », qu’il n’a plus l’intention de vous laisser courir à votre perte dans cette course infernale dans laquelle votre mental dictatorial vous aiguille depuis déjà trop longtemps. Cette Energie de Vie est précieuse et il est temps de la rapatrier, en vous obligeant à la pause forcée, pour la réorganiser vers des directions de vie plus profondément signifiantes. Plus signifiantes que, ce dans quoi vous placiez désespérément toute cette énergie, jusque là. Ici, quelque soit le niveau de violence avec lequel vous vivrez ce passage de votre vie, il vous faut savoir que cet événement est le symptôme d’une transition obligée d’une manière de vivre qui va devoir s’arrêter et changer pour laisser la place à une manière plus accordée de vivre votre existence. Plus « a-corps-dée », c’est à dire vers une manière d’être plus en accord avec des principes et des nécessites profondes de votre Etre véritable, que vous avez manifestement négligé en vous depuis déjà trop longtemps.

La violence de la « claque » que vous venez de prendre est en général à la hauteur de l’aveuglement dans lequel vous viviez. Ce qui ne veut pas dire que tout dans votre vie doit être remis en question, ne jetez pas le bébé et l’eau du bain, le changement peut et souvent doit être aussi progressif que la « baffe » a été radicale. Un arrêt brutal nécessite souvent une longue prise de recul pour digérer ce qui est en train de se passer. Si le message de pause n’a pas pu être entendu autrement que par une imposition et un arrêt violent du corps, indépendant de votre volonté, cela implique qu’il va vous falloir d’abord « ouvrir les yeux » et réévaluer cet arrêt brutal comme autre chose qu’une malédiction qui s’abat sur vous. Cette prise de conscience en soi seul est déjà, pour beaucoup, une étape difficile à passer, en plus des conséquence médicales éventuelles qu’il va falloir aussi traverser. Ici, souffrance, déni, frustration,  colère, apathie, et victimisation pourraient bien être tout d’abords vos compagnons de lit. Et c’est seulement quand vous aurez commencé à lâcher un peu prise sur ce « grand malheur » qui vous arrive, que vous pourrez passer enfin à l’étape suivante, à savoir comment je fais maintenant pour faire face à l’incertitude de cette part d’inconnu qui me fait désormais face. A savoir, la suite de ma nouvelle existence…

Entendez bien aussi, que ce mur du burn-out, quelque fois pris à pleine vitesse, n’est absolument pas non plus une punition liée à je ne sais quelle faute que vous auriez commise. De même que ne pas avoir écouté les messages moins forts que votre corps vous avait déjà immanquablement  envoyé avant ce dernier grand clash, n’est pas lié à une faute ou un déficit de votre part. Si vous n’avez pas pu entendre plus tôt et prendre en compte les différents « warning » avant le crash, c’est que d’autres impératifs inconscients et pas forcément rationnels, étaient alors encore trop puissants en vous pour que vous puissiez intégrer plus sereinement l’information. Cas-cela ne tienne, maintenant que vous êtes « immobilisé » dans l’incapacité de retourner à vos excessives occupations habituelles, le travaille d’écoute et de prise de conscience va enfin pouvoir ce faire. Mieux vaut tard que jamais et rien ne sert de vous martyriser pour ne pas l’avoir fait plus calmement plus tôt. Si cela ne s’est pas fait c’est que cela n’était tout simplement pas psychiquement possible avant. Mais ça l’est maintenant…

(à suivre…)

P.A.M

Traverser le Deuil d’un Enfant!

TRAVERSER LE DEUIL D’UN ENFANT

Ce texte m’a profondément touché, il représente pour moi la quintessence de ce que demande l’accompagnement respectueux et aimant d’un phénomène qui se fait par lui même, dans une manière et un rythme qui est propre à chacun…

Travail de Deuil, travail du deuil. Cabinet de Psychothérapie. 7 rue Pierre Haret, Paris 9.
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.

« Supplique à notre famille, à nos amis. »

1 an, 2 ans, 5 ans, 10 ans, 20 ans même nous séparent du départ de notre enfant et nous, parents en deuil, avons besoin des autres.
Bien que nous ne soyons pas faciles à vivre, nous aimerions rencontrer de la compréhension dans notre entourage ; nous avons besoin de soutien.

Voici, tirés de la lettre des Amis Compatissants du Québec, quelques-uns de nos

souhaits :

« Nous aimerions que vous n’ayez pas de réserve à prononcer le nom de notre enfant mort, à nous parler de lui. Il a vécu, il est important encore pour nous ; nous avons besoin d’entendre son nom et de parler de lui ; alors, ne détournez pas la conversation. Cela nous serait doux, cela nous ferait sentir sa mystérieuse présence.

Si nous sommes émus, que les larmes nous inondent le visage quand vous évoquez son souvenir, soyez sûr que ce n’est pas parce que vous nous avez blessés. C’est sa mort qui nous fait pleurer, il nous manque ! Merci à vous de nous avoir permis de pleurer, car, chaque fois, notre cœur guérit un peu plus.

Nous aimerions que vous n’essayiez pas d’oublier notre enfant, d’en effacer le souvenir chez vous en éliminant sa photo, ses dessins et autres cadeaux qu’il vous a faits. Pour nous ce serait le faire mourir une seconde fois.

Parler de la Mort. Cabinet de Psychothérapie. 7 rue Pierre Haret, Paris 9.
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.

Être parent en deuil n’est pas contagieux ; ne vous éloignez pas de nous.

Nous aimerions que vous sachiez que la perte d’un enfant est différente de toutes les autres pertes ; c’est la pire des tragédies. Ne la comparez pas à la perte d’un parent, d’un conjoint ou d’un animal.

Ne comptez pas que dans un an nous serons guéris ; nous ne serons jamais, ni ex-mère, ni ex-père de notre enfant décédé, ni guéri. Nous apprendrons à survivre à sa mort et à revivre malgré ou avec son absence.

Nous aurons des hauts et des bas. Ne croyez pas trop vite que notre deuil est fini ou au contraire que nous avons besoin de soins psychiatriques.

Ne nous proposez ni médicaments ni alcool ; ce ne sont que des béquilles temporaires. Le seul moyen de traverser un deuil, c’est de le vivre. Il faut accepter de souffrir avant de guérir.

Vivre la Mort. Cabinet de Psychothérapie. 7 rue Pierre Haret, Paris 9.
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.

Nous espérons que vous admettrez nos réactions physiques dans le deuil. Peut-être allons-nous prendre ou perdre un peu de poids, dormir comme une marmotte ou devenir insomniaques. Le deuil rend vulnérable, sujet aux maladies et aux accidents.

Sachez, aussi, que tout ce que nous faisons et que vous trouvez un peu fou est tout à fait normal pendant un deuil ; la dépression, la colère, la culpabilité, la frustration, le désespoir et la remise en question des croyances et des valeurs fondamentales sont des étapes du deuil d’un enfant. Essayez de nous accepter dans l’état où nous sommes momentanément sans vous froisser.

Il est normal que la mort d’un enfant remette en question nos valeurs et nos croyances. Laisse-nous remettre notre religion en question et retrouver une nouvelle harmonie avec celle-ci sans nous culpabiliser.

Evoluer avec la Mort. Cabinet de Psychothérapie. 7 rue Pierre Haret, Paris 9.
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.

Nous aimerions que vous compreniez que le deuil transforme une personne. Nous ne serons plus celle ou celui que noue étions avant la mort de notre enfant et nous ne le serons plus jamais. Si vous attendez que nous revenions comme avant vous serez toujours frustré. Nous devenons des personnes nouvelles avec de nouvelles valeurs, de nouveaux rêves, de nouvelles aspirations et de nouvelles croyances. Nous vous en prions, efforcez-vous de refaire connaissance avec nous ; peut-être nous apprécierez-vous de nouveau ?

Le jour anniversaire de la naissance notre enfant et celui de son décès sont très difficiles à vivre pour nous, de même que les autres fêtes et les vacances. Nous aimerions qu’en ces occasions vous puissiez nous dire que vous pensez aussi à notre enfant. Quand nous sommes tranquilles et réservés, sachez que souvent nous pensons à lui ; alors, ne vous efforcez pas de nous divertir.

Et si nous parlions de la Mort?

La Mort en Conscience. Cabinet de Psychothérapie. 7 rue Pierre Haret, Paris 9.
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.

ET SI NOUS PARLIONS DE LA MORT ?

Il n’est jamais trop tard pour aborder plus légèrement un sujet si capital pour la vie. Pour beaucoup de personne la Mort est un sujet tabou, et pour d’autres encore, elle n’est même pas un sujet tant ils sont convaincus qu’elle est juste un arrêt brutal de la vie et qu’il n’y a rien de plus à en dire. Et pourtant, l’écoute et la parole sur ce phénomène, quelques soient les croyances ou les philosophies (même les plus nihilistes…) changent beaucoup de choses dans la manière et la souplesse avec laquelle on peut accueillir sa propre mort ou accompagner celle des autres. Pour la personne concernée, ses proches ou les professionnels accompagnants, l’ouverture d’esprit et l’écoute de perspectives différentes sur la mort et sa continuité avec la vie peuvent réellement, et j’en ai fait plusieurs fois l’expérience, faire une très grande différence…

Cette Video est en anglais, et ce sont les informations les plus apaisantes que j’ai entendues à propos de la mort depuis longtemps et elles sont délivrées par un scientifique qui me semble au dessus de tout soupçons. Alors cela vaut vraiment la peine d’écouter…

Conscience et Mort

 

La question mérite donc d’être posée sans à priori, Qu’est ce donc que ce phénomène de la Mort? La Science, la Philosophie et la Religion auraient elles une réponse compatible à cette question? En attendant, de nombreuses personnes de part le monde ont fait l’expérience d’une mort imminente (E.M.I), et ils sont là pour nous en parler, chacun peut en penser ce qu’il veut, mais le minimum est au moins de commencer par les écouter.

Au delà de notre vue

La suite est affaire de logique, si le trépas est autre chose, ou en tout les cas ne se résume pas à la cessation de nos fonction vitales, cela peut changer totalement notre rapport, et notre abords de la Mort, et de là c’est tout notre rapport à la Vie qui peut s’en trouver bouleverser!

Un autre Scientifique nous parle, le Docteur Charbonnier. Une Vie après la Vie? Et la video suivante (la dernière pour aujourd’hui), pour ceux qui souhaitent et qui se sentent prêt, à ouvrir encore plus leurs esprits au champs des possibles, en gardant en tête que cette ouverture permet à tout accompagnant a fortiori les Thérapeutes d’assouplir le plus possible leur manière d’aborder un phénomène aussi insaisissable que la mort… Alors restez ouvert!!!

 

Qu’est ce que la Mort?

La question qui se pose a moi est celle ci, « COMMENT VIVRE LA MORT ? »

Entre Spiritualité ( qui implique ou pas la religion…) et Libre Expression de Soi…, et si la Mort pouvait se vivre et s’apprivoiser autrement?!?

Une personne de coeur m’a confié ce texte que je souhaite partager à mon tour.

L’Amour ne disparait pas!

Vivre sa Mort. Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.

L’amour ne disparaît jamais !

L’amour ne disparaît jamais !
La mort n’est rien.
Je suis seulement passé dans la pièce à côté.
Je suis moi, tu es toi.
Ce que nous étions l’un pour l’autre, nous le sommes toujours.
Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné.

Peur de mourir, ou évoluer avec la Mort. Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.

Parle-moi comme tu l’as toujours fait.
N’emploie pas un ton différent.
Ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Prie, souris, pense à moi, prie pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a toujours été, sans emphase d’aucune sorte, sans une trace d’ombre.
La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.

Travail du deuil, Parlons de la mort. Cabinet de Psychothérapie. 7 rue Pierre Haret, Paris 9.
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18.

Elle est ce qu’elle a toujours été.
Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée, simplement parce que je suis hors de ta vue ?
Je t’attends, je ne suis pas loin, juste de l’autre coté du chemin.
Tu vois, tout est bien.

Henry Scott-Holland.