Contes pour l’Enfant Intérieur. Polo Aime l’Eau!

Cabinet de Psychothérapie. 7 rue Pierre Haret, Paris 9. "Polo aime l'eau", Conte pour l'Enfant Intérieur.
Cabinet de Psychothérapie. Au carrefour de Paris 8, Paris 9, Paris 17 et Paris 18

Polo est un manchot, il vit dans le grand pôle. Au cœur de l’hiver dans le fond de son âme, il se tient bien au chaud, avec pour seul compagnon, son imagination. Polo est un rêveur, il vit au fil de l’eau. Sa tête est pleine d’idées, de refrains et de mots. À la source de ses rêves, quand il s’en va baigner, la chaleur sur sa peau lui fait tout oublier, ses ennuis et ses difficultés.

Polo aime l’eau, ce qu’il n’aime pas c’est la neige, le froid et les marches forcées. Sur terre, on rigole on bouscule et on cri, les vivas les bravos ça n’est jamais pour lui. Il se sent, maladroit, bancal, de travers. Il n’est pas à sa place, il ne sait pas quoi faire.

Mais dans l’eau au fond de son cerveau, il est le plus rapide, le plus fort, le plus beau. Dans le lit de la mer, il est comme un joyau. Il peut se voir grandir dans le cercle des mots, en se balançant dans le berceau des flots. Dans ce ventre caché, loin des futilités, il cueille avec plaisir toutes les fleurs du temps pour s’en faire un bouquet qu’il offre a ses souvenirs.

Dans son cœur dans sa tête, Polo est un poète, Il a l’air d’un marin, quant il met sa jaquette. Il rêve d’aventure et de pays lointains, en compagnie des vents, et tous les goélands. Sur les plus gros bateaux qui vont en Amérique, il s’en va conquérir l’Asie et toute l’Afrique. Il fait mordre la poussière à ceux qui cherchent la guerre. Il est l’ultime héro, le seul, le vrai, l’unique. Dans le territoire des morts, il provoque les plus forts. À la pointe de ses rimes, il leurs tord la tête, en fait des cacahouètes. Devant sa volonté tous n’ont plus qu’à plier, le ciel et l’univers n’ont plus qu’à se taire.

Il tutoie le Dieu des mers qui le tient en haute estime. Marine est sa fille qu’il a séduite sans peine quand avec ses chansons il lui a dit « je t’aime ». Requins et marsouins s’écartent de son chemin, chez les pingouins du Sud on l’appelle « le Saint ». Polo a rencontré Sushi, le plus grand sage du monde, lors d’un de ses voyages. Ils se sont beaucoup écrits, ils se sont bien compris, ils sont devenus amis…

Mais Ici, dans la colonie, il ne sait pas pourquoi, personne ne le crois. À chacun de ses propos, on le traite de rigolo… « Rigolo Premier, Roi des Manchots ! » voilà le sobriquet qu’il s’est vu attitré. Pauvre Polo, pauvre manchot, si seulement il pouvait, dans sa tête et son cœur, les faire tous voyager. Alors ils verraient, alors ils sauraient… tous ses trésors cachés, tout cet amour masqué. Derrière l’image de ce grand maladroit, derrière ce nez pas très droit. Derrière ce ventre un peu dodu, et cette démarche un peu tordue. Sous ses petits bras un cœur bas… Un cœur de Vainqueur, un cœur de Seigneur, que quelques malheurs ont bloqué dans la peur. Polo n’a pas confiance, on n’lui a pas appris, il s’est élevé tous seul, sans un Grand ,sans appui. Il s’est donc inventé une autre destinée en attendant qu’un jour on vienne le chercher.

Polo aime l’eau, mais ne sait pas nager. Il a peur de couler et ne peut qu’imaginer. Y faudrait pas grand-chose, arrêter d’l’ignorer, arrêter d’rigoler, et puis l’accompagner… Y faudrait pas grand chose, qu’il arrête de s’mentir, qu’il ose enfin sortir et qu’il y prenne plaisir, plutôt que de s’enfuir.

Polo n’est pas idiot, à bien y réfléchir, quelle que soit son histoire, il découvre depuis peu, qu’il lui suffit d’y croire. Quelque part sans le savoir, il s’est déjà offert le plus beau des miroirs. Tous autour de lui, ils le savaient déjà, il pouvait être drôle et Roi, tout à la fois. Il n’a plus qu’à choisir et puis pour commencer s’il ne sait pas parler… se mettre à écrire.

Depuis qu’il sait tous cela Polo est devenu très beau, il s’est même vu grandir, toujours au fil de l’eau. De très nombreuses oreilles aiment ce qu’il a dire, il commence à plaire et devient même populaire. Plusieurs de ses voisines, veulent être sa copine, mais dans ses yeux, il y à Pola, quand elle est là, Polo, il a plus froid….

(à lire… « Gaspard le Hérisson », Contes pour l’Enfant intérieur)